Présentation de l’Artiste – Lampes en bois et créations en lierre

Nous sommes heureux d’accueillir Arnold au sein de 5CHRONICITE, car rares sont les artistes, les créateurs, les inventeurs qui décident de mettre en avant leurs œuvres, du fait de leur pudeur.

Aussi, plutôt que d’essayer d’interpréter et de dresser un portrait de l’artiste, nous avons préféré le laisser s’exprimer avec ses mots et ses ressentis.

Texte écrit et autorisé à la diffusion par Arnold GABRIEL le 10/05/2021.

“J’ai débuté en 2015, totalement par hasard, en allant chercher du bois de chauffage. J’ai remarqué qu’il y avait des branches de lierre coupées. Leurs lignes ont tout de suite attiré mon attention et suscité mon intérêt à les mettre en valeur.

L’inspiration vient d’emblée et, outre les oppositions de matières et de couleurs, je cherche à mettre en avant les caractéristiques de la plante grimpante qui évoque une forme subjective particulière et que chacun peut interpréter à sa manière.

Le lierre étant un bois plutôt neutre en termes de veinage, j’opte pour une teinte, puis, selon le résultat, un vernis ou une cire. Après l’écorçage et quelques petites coupes, le gros du travail se fait dans le ponçage ou plusieurs passages à différents grains sont nécessaires pour lui donner cet aspect velouté et respecter les courbes du bois.

L’idée de fusionner une sculpture en lierre avec une plante et qui plus est du lierre vivant est, pour moi, très forte au niveau symbolique, le vivant associé au non-vivant est un concept novateur.

La forme générale de la pièce est suggérée lors de la coupe, mais ne révèle pas encore la finalité de l’œuvre. Celles-ci font appel à l’imaginaire, l’essence même de la plante qui s’accroche pour vivre.

Pour les lampes, l’inspiration vient au gré de l’assemblage des différents matériaux précédemment sélectionnés. L’objectif est d’exprimer la simplicité des matières, la pureté des lignes, les oppositions sont mises en avant (bois/roche, clair/foncé, droiture/sinuosité, douceur/rugosité).

Tout est utilisé dans les bois, les nœuds et les fentes, les imperfections deviennent des atouts de décoration. Après de multiples essais, j’ai décidé de privilégier l’huile de Lin et l’huile de Tung qui sont de formidables solutions protectrices des bois. Enfin, la cire d’abeille naturelle ou une patine sont utilisées pour la brillance. Les séries se sont imposées d’elles-mêmes, lorsque j’ai pu avoir plusieurs essences similaires à travailler sur une même forme de socle.

Tous les socles non taillés sont des roches qui proviennent du hasard des pérégrinations, balades et promenades.”

Merci de ne pas copier les contenus du site!